CdF : Alain Vogin : « on s’est fait voler » - DRAGONS DE ROUEN
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter nos mentions légales. Fermer X


CDF : ALAIN VOGIN : « ON S’EST FAIT VOLER »


Le RHE76 s’est incliné 3-2, mardi soir, à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. Sans doute un peu émoussé par son week-end européen, mais aussi et surtout à cause de décisions arbitrales contestables et contestées. L’affaire est remontée à la Fédération Française de Hockey sur Glace et à la Direction Technique de l’Arbitrage, ce mercredi.

Les Dragons de Rouen ont en effet lâché prise en un peu plus de cinq minutes dans le troisième tiers, alors qu’ils menaient 2-0 après 48 minutes de jeu. Sur des faits de matchs et des erreurs, reconnues comme telles par les hommes en blanc et noir à la fin de la partie.

Retour sur cette rencontre et entretien avec Alain Vogin, le coach du RHE (ci-dessous).

Un bon début

La partie commence bien pourtant. Un premier tiers sans aucune pénalité de part et d’autre. Preuve de l’envie de bien faire pour atteindre la finale. Grenoble semble un peu mieux détenir la possession du palet et alerte même Sopko à quelques reprises. Mais le portier des Dragons est bien vigilant. Marc-André Thinel en revanche lui, fait preuve d'opportunisme et surprend pour la première fois Eddy Ferhi, bien présent sur un tir de Doucet, mais dont le rebond profite à MAT : 1-0 à 5’04.

Jaako Niskavaara, est bien sur la feuille de match, mais le Finlandais ne jouera pas au final. Préservé, comme lors des deux derniers matchs de Continental Cup, le week-end dernier. Les Dragons évoluent donc une nouvelle fois à quatre défenseurs. Et ça fonctionne plutôt bien, dans le premier tiers.

La deuxième période est un peu plus enlevée, avec des pénalités qui tombent d’emblée, mais des Dragons toujours aussi réalistes. Réduit à 4 contre 5 pendant près de quatre minutes consécutives, le RHE tient. Les grenoblois tentent, mais c’est Olivier Bouchard qui doublera la mise pour les rouennais à 36’05, d’un geste opportuniste au premier poteau 2-0.

Incroyable renversement de situation

Un renversement de situation qui trouve son origine dans la troisième période, sur une pénalité sifflée à l’encontre d’Olivier Bouchard plus que contestable… Le canado-belge est en effet sanctionné pour charge incorrecte alors que l’arbitre principal n’a rien vu. Rien signalé, ni demandé l’avis à l’un de ses juges de ligne.

C’est pourtant bien l’un d’eux en fait, « un ancien Brûleurs de Loups », souligne Alain Vogin,  qui va aller solliciter Bruno Colleoni, arbitre principal, pour lui soumettre la pénalité à infliger au Rouennais, (chose interdite) trente bonnes secondes après les faits, mineurs, et après être passé déposer une crosse du côté du banc de Grenoble. Et ce, qui plus est, au moment où les 10 joueurs sur la glace sont tous près à la remise en jeu. « L’arbitre principal m’a reconnu son erreur après la rencontre », précise Alain Vogin.

Car c’est bien sur cette infériorité déstabilisante, que Rouen cède une première fois. Par Yohan Forsander qui prend le rebond devant Sopko sur une tentative de loin de Baptiste Amar : 2-1 à 45’07.

Le deuxième but n’en sera pas moins contestable. Dans un cafouillage devant Sopko, qui veut dégager du bouclier, Martin Masa se jette en avant pour marquer de la tête et du casque. Un geste également interdit : 2-2, à 48'34. Et temps mort demandé par Alain Vogin.

Enfin, dans le prolongement d’une action de Forsander, c’est Krayzel qui suit et trompe la vigilance de Sopko : 3-2 à 50’04. Cinq minutes bien difficiles à digérer pour les Dragons.

Pour finir en beauté ce festival de jugements à revoir, cet attentat sur Thinel à 51’44. L'action débute par l'annonce d'une pénalité à retardement de Bergstrom sur Bouchard (retenir), l'action se poursuit, Marc-André Thinel file au but, mais se fait accrocher par Rouleau. Thinel qui se retrouve au sol, reprend un coup de poing au passage du dit Alexandre Rouleau. MAT se rebiffe, mais le défenseur grenoblois en rajoute et Thinel prend deux minutes pour « dureté », et rien pour le Québéquois. « Alors que l’arbitre principal ne prend en compte qu’un seul avis de ses deux assesseurs », explique le coach du RHE. « L’un voit un coup de poing de Thinel alors qu’il est au sol. Et l’autre une simulation de Rouleau». On connaît la suite. Le score en restera là, malgré les dernières tentatives rouennaises.

« On s’est fait voler », s’emporte encore Alain Vogin. « Les joueurs se sont battus comme des malades et on perd ce match à cause de l’arbitrage. Grenoble ne nous a pas dominé »

Retrouvez l'intégralité de ses propos sur le match, ici :

 

 

 

Bref, en attendant du nouveau du côté de la Fédération et de la DTA et sauf retournement de situation, ce sera Grenoble et Dijon en finale à Bercy, le 22 février prochain. Dijon auteur d’une belle performance à Angers, mardi soir, victoire 6-3.

 



 PUBLIE LE MERCREDI 21 JANVIER 2009

PROCHAIN MATCH
DIMANCHE 26 MARS 2017 - 16H00
Play-Offs - 1/2 Finale Match 7 (PLAY-OFFS)
0 - 0
GRENOBLE
ROUEN
1 2 3 T
GRENOBLE
ROUEN
Les Brûleurs de Loups
DERNIER MATCH

VENDREDI 24 MARS 2017
Play-Offs - 1/2 Finale Match 6 (PLAY-OFFS)
3 - 2
ROUEN
GRENOBLE
FINAL OT
1 2 3 OT T
ROUEN
1 1 0 1 3
GRENOBLE
1 1 0 0 2
Feuille de Match
DEVENEZ PARTENAIRE
Vous souhaitez devenir partenaire du RHE76 ?
Merci de contacter l'agence Mark'Events
Contact : 02 35 600 006 Site internet : www.markevents.com